La classe de 1ère STMG au tribunal correctionnel

Jeudi 3 mai, les élèves de 1ère STMG étaient sur les bancs du public au Palais de Justice de Grenoble, dans les salles du tribunal correctionnel.

En audience collégiale, ils ont pu assister à des comparutions immédiates : achat, détention et vente de produits stupéfiants. Le premier prévenu avait déjà été condamné pour des infractions du même type. Souhaitant bénéficier du délai de droit pour organiser sa défense, il a été placé en détention provisoire. Le 2ème prévenu, au casier judiciaire vierge, détenait une quantité importante de marchandise (cannabis et cocaïne), ce qui a conduit le juge à suivre les réquisitions du procureur et prononcer une peine de 6 mois d’emprisonnement.

En audience à juge unique, les élèves ont assisté à plusieurs affaires, notamment à des faits de violence sur personne détentrice de l’autorité publique, ou encore de violence conjugale ayant fait l’objet d’une plainte de la victime.

Une belle occasion pour la classe de 1ère STMG d’aborder des problèmes de société, tout en vivant de près la réalité de l’organisation judiciaire étudiée en droit. Une leçon juridique et civique toujours très appréciée par les élèves.

Florence VIALI-ZAKIRI, professeure d’économie-droit

   « L’une des affaires concerne Mr.V. Les faits se sont produits à Saint-Martin-D’Hères  durant une manifestation syndicale le 10 octobre 2017. Il est accusé d’être leader d’un groupe qui a pris à parti les policiers et de les avoir insultés. Mr.V. était assistant social dans une petite association qui était dans une mauvaise situation et dit avoir perdu son emploi à cause de l’affaire lors de la manifestation. Il cherche maintenant du travail. Le prévenu assure que les policiers l’ont confondu avec quelqu’un d’autre. Durant cette audience, il y a eu plusieurs interventions successives. En effet, du coté de la partie civile, un premier avocat de deux policiers affirme que la description que donnaient les policiers était très précise et correspondait au prévenu. L’avocat demande alors 400€ de dommages et intérêts. Le deuxième avocat de la partie civile, qui représente une policière, demande 600€ de dommages et intérêts ainsi que 500€ de préjudice moral. Après l’intervention de la partie civile, la procureure demande 4 mois d’emprisonnement avec sursis. Puis, l’avocat du prévenu prend la parole et dit qu’il y a beaucoup de différences à propos de la tenue vestimentaire de Mr.V (Béret/Casquette, jean bleu/pantalon noir).

Le prévenu a finalement été condamné à 3 mois de prison avec sursis et à des dommages et intérêts. »

Kreh Camille, 1ere STMG 

Comments are Closed